image1image1

Grandé Studios présente
le nouveau studio Gratien-Gélinas

Le Groupe Dazmo, fondé par Iohann Martin, Andrew Lapierre et Mitsou Gélinas ainsi que Paul Hurteau, annonce aujourd’hui que l’un des espaces de Grandé Studios sera nommé Studio Gratien-Gélinas. D’une superficie de 14 000 pieds carrés, celui-ci est situé à Pointe-Saint-Charles et accueillera tant des productions cinématographiques que télévisuelles. 

Un hommage au grand-père du théâtre québécois 
« Mon grand-père est non seulement un géant de l’histoire des arts au Canada grâce à ses œuvres théâtrales, mais il était également un grand passionné de cinéma Alors qu’il n’y avait aucune industrie cinématographique à Montréal, il fonda les Studios Gélinas, coin Sainte-Catherine et Saint-Denis. Il fut d’ailleurs celui qui dirigea le premier court métrage couleur parlant au Canada, La Dame aux Camélias, la vraie , en 1943, avant de proposer dix ans plus tard le premier film canadien-français d’un propos contemporain, Tit-Coq .
Mitsou Gélinas, petite-fille de Gratien Gélinas

Une entreprise qui contribue à faire rayonner Montréal à l’échelle internationale
Le complexe Grandé Studios compte 12 studios de tournage clé en main répartis sur deux sites et situés à proximité du centre-ville de Montréal. Ouverts en 2016, les studios de Pointe-Saint-Charles offrent 182 000 pieds carrés d’espace de production. Avec leur hauteur de 54 pieds, ils figurent parmi les plus hauts studios de tournage au pays et contribuent à faire connaître Montréal comme leader du 7e art ainsi que le talent des artisans de la métropole. Il était donc tout naturel de nommer l’un de ses studios en l’honneur d’une figure marquante de l’histoire des arts de la scène d’ici.  

À propos de Gratien Gélinas
Né en 1909 à Saint-Tite, Gratien Gélinas est issu de parents sachant conter une histoire et faire rire. Il cultive son talent de « p’tit comique » dans les salles paroissiales et son talent d’acteur au sein de troupes de théâtre amateur. Ce don le conduit à l’écriture d’une série radiophonique qui propulse son personnage de Fridolin sur les ondes en 1937. Stimulé par ce succès, il écrit, met en scène et produit la série des neuf grandes revues d’actualité Fridolinons entre 1938 et 1946.
 
Première grande vedette de la scène québécoise, Gratien Gélinas écrit ensuite quatre pièces de théâtre. Ses succès retentissants et son acharnement à constituer une dramaturgie nationale font de lui un véritable défricheur. En 1957, celui qui est aujourd’hui connu comme étant le grand-père du théâtre québécois fonde la Comédie Canadienne, un ambitieux complexe théâtral qui abrite aujourd’hui le Théâtre du Nouveau Monde. En 1969, il est nommé président du conseil d’administration de la Société de développement de l’industrie du cinéma canadien (SDICC), l’ancêtre de Téléfilm Canada et collabore ainsi à l’essor du septième art au pays. Décédé en 1999, Gratien Gélinas est un créateur fascinant par sa complexité et sa profonde humanité, et figure parmi les géants de l’histoire des arts au pays.

Le complexe Grandé Studios compte 12 studios de tournage clé en main situés à proximité du centre-ville de Montréal. Ils offrent des bureaux de production, des espaces d’atelier, de l’entreposage, des salles de peinture et plus encore. 

Les nouveaux studios de Pointe-Saint-Charles ont accueilli depuis leur ouverture des productions américaines telles que X Men (FOX) ainsi que les téléséries The Truth About the Harry Quebert Affair (MGM) et Jack Ryan, une franchise de Tom Clancy produite par Paramount (Amazon). On y a aussi tourné les productions québécoises Danser pour gagner et La guerre des clans (V) ainsi que l'émission En direct de l'univers (Radio-Canada).

image2image2
image3image3

Gratien, interprète et assistant-réalisateur du film Tit-Coq tourné en 1953, écoute la bande sonore d’une prise. 

image4image4

Tournage d’une publicité à Hollywood, 1936.

image5image5

Cinéaste amateur, années 1930. Mikan 3919076 (e010765358). Bibliothèque et Archives Canada, Fonds Gratien Gélinas.

image6image6

Gratien et le metteur en scène Michael Langham au Festival de Stratford, Ontario, 1956. 

image7image7

Avec Huguette Oligny, sa seconde épouse, au Festival de Cannes, années 1970. 

image8image8

Avec Muriel Guilbault, qui a joué Marie-Ange, dans Tit-Coq, entre 1948 et 1950.

image9image9

Metteur en scène de Hier, les enfants dansaient, 1964.